Archiviste, bibliothécaire, documentaliste : des métiers complémentaires mais pas que ! »

Retour du Bookcamp de l’Iabd (Interassociation archives bibliothèques documentation) Du mardi 11 octobre 2016
Les métiers de l’infodoc partagent des préoccupations communes comme les droits culturels et la formation aux médias. Les débats et présentations ont été riches, et ont permis de voir la complémentarité des approches et l’importance de ces deux thématiques étroitement liées.
droits culturelsLes droits culturels
  • Garants d’une égalité d’accès à l’information et à l’acquisition des habiletés numériques (litératie numérique)
  • Nécessaires pour l’exercice des droits citoyens y compris numériques
  • Facilitateurs pour l’exercice des droits fondamentaux à s’informer, apprendre (autoformation en ligne aussi), partager (réseaux sociaux, collaboration en ligne) et inventer ses usages (numériques surtout)
  • Indispensables à la démocratie et notamment à la démocratie d’une société numérique
  • La possibilité pour tous de participer à la co-construction des savoirs et de la mémoire communs aux niveaux locaux, nationaux, internationaux.

Un référentiel  commun du lien social et culturel

  • une convergence
  • une responsabilité collective de garantie des droits culturels
  • le socle du service public
  • un rôle citoyen de premier plan

Le rôle des professionnels

  • S’emparer de cette convergence aux niveaux des métiers et des associations professionnelles nationales, internationales.
  • Mettre en place une solidarité interprofessionnelle, en s’obligeant à une réciprocité afin de faire le lien entre les métiers et les lieux pour l’orientation des publics.

L’open data (la loi pour une République numérique du 7/10/2016)

L’ouverture des données publiques est au carrefour des métiers de l’info-doc . La mise en ligne de données issues des archives, des bibliothèques et des centres de documentation (et autres services de l’administration) devient une mission de service public (art 14 de la loi) et s’ouvre largement à tous les publics. Un enjeu et une volonté de transparence démocratique y sont affirmés pour favoriser l’innovation numérique.

  • de façon générale, les collectivités territoriales ne sont pas prêtes pour l’open data, y compris les bibliothèques et les archives [open data en cours ou réalisées : Paris, Bordeaux, Rennes, Nantes, Les Lilas, Le Perreux sur Marne, Issy les Moulineaux, …]
  • il y a au préalable, une nécessité de données bien organisées au niveau numérique

Aspects juridiques

  • des exceptions culturelles pour la défense des droits culturels au niveau numérique
  • des verrous techniques (DRM) pour lutter contre le piratage des livres numériques, mais qui peuvent être un frein à la diffusion de la culture numérique
  • aspects juridiques de la copie privée : exceptions pour les archives et bibliothèques
  • différence des droits attachés au support physique et aux supports numériques : le droit patrimonial physique existe mais pas pour le support numérique (il n’y a pas de propriété d’un livre numérique acheté en bibliothèque).

Fondements juridiques des droits culturels

 » Les droits culturels visent à garantir à chacun la liberté de vivre son identité culturelle, comprise comme « l’ensemble des références culturelles par lesquelles une personne, seule ou en commun, se définit, se constitue, communique et entend être reconnue dans sa dignité » (Déclaration de Fribourg sur les droits culturels, 2007). »

  • Article 27 Déclaration des droits de l’homme

« Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.  » http://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/

  • Loi NOTRe Article 103 (nouvelle organisation territoriale de la République) d’août 2015. LOI n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (1) 

« La responsabilité en matière culturelle est exercée conjointement par les collectivités territoriales et l’Etat dans le respect des droits culturels énoncés par la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles du 20 octobre 2005.  » Voir : Loi NOTRe : les droits culturels reviennent par la grande porte.

Formation à la culture numérique

Pour faire valoir ces droits culturels, la formation numérique des professionnels représente un enjeu. Le constat des participants est fait d’une formation de base au numérique des équipes encore en grande partie à réaliser et à parfaire au niveau national. Il reste de gros besoins en ce domaine. La médiation numérique des savoirs représente un cœur de métier commun et nécessite d’intégrer le numérique et ses usages au niveau professionnel. L’accent est mis sur la valorisation des ressources numériques gratuites en archives, information et documentation. Le rôle des professionnels est aussi de sensibiliser les décideurs locaux aux questions des enjeux de l’éducation au numérique. La formation des élèves conservateurs de l’Inet intègre le numérique. Le concours des documentalistes vérifie les connaissances numériques. Les professeurs documentalistes bénéficient d’une formation aux médias (maîtrise des traces, publication en ligne, relais avec les médiathèques).

  • L’objectif de ces lieux garants des droits culturels devrait être de se positionner comme des lieux d’expertise numérique.
  • Pour cet enjeu, la Conduite du changement peut favoriser ce passage vers une « transformation digitale »