Big Bang territorial : et les bibliothèques ?

carte_regions

une des cartes des nouvelles régions

Le séminaire Iabd… du 15 septembre 2014 avait pour objectif de clarifier et d’argumenter la position des associations professionnelles sur la question des compétences dans la nouvelle organisation territoriale. En jeu : les bibliothèques et les archives. Le document de départ – préparé par un groupe de travail – pistait trois éléments clés de l’affaire : – maintien des acquis dans les réseaux de lecture publique (notamment départementaux) – recherche d’une organisation simple et performante quand il y aura glissement de compétences – stratégie de renforcement des réseaux dans tous les cas. Autant dire que le débat n’est pas simple en raison des situations très diverses observées à la ville et à la campagne.

[pour continuer la lecture de cet article, cliquez sur « continue reading »]

1. Que faire acter par la Loi ? Une des conditions de réussite est de faire entrer dans la loi des dispositions qui garantissent à chaque collectivité un service de lecture publique. Mais sans contrainte ! Un toilettage des appellations et des niveaux de bibliothèques est nécessaire. L’IabD… déposera des amendements en ce sens. Pour les archives, la situation est un peu plus complexe, car la loi dit déjà les obligations attachées à la commune, au conseil général et au conseil général.

2. Que dire sur le service de lecture publique ?

on entend par « lecture publique » l’ensemble des éléments de diffusion et de mise à disposition des documents dans une bibliothèque : livres, revues, supports musique et vidéo, ressources numériques, rencontres, expos, débats, etc.

Il a semblé essentiel tout d’abord d’insister sur la préservation des réseaux professionnels, quel que soit ensuite le choix des lieux de compétences. Dans le viseur: les BDP (médiathèques départementales) qui pourraient être chahutées par les nouveaux périmètres de compétences. Mais les métroples et les agglos seront aussi concernées : quels regroupements imaginer ? Compétences ? Sites ? Moyens techniques ?  Quant aux communautés de communes, le projet de les porter à 20 000 habitants ne donne pas beaucoup de visibilité : la compétence culturelle ne sera sans doute, pas dans un premier temps, une des priorités retenues.

Il y a donc encore matière à  réflexion. La question d’une structure régionale d’appui à la lecture publique a été évoquée et discutée, mais non tranchée entre les associations présentes.

 

3. Que va-t’il se passer ?

L’Iabd… continue de suivre attentivement les présentations des projets de loi au Sénat et à l’Assemblée nationale.  Les amendements seront envoyés aux parlementaires. Chaque association a la possibilité de compléter sa réflexion.

Pour l’AddnB (représentée par Michel Fauchié), pas de point de vue dissonant : mais insistance sur la cohérence nécessaire autour des ressources numériques qui doivent accessibles sur tout le territoire concerné. La culture numérique est -encore – trop peu développée dans cette problématique des territoires ; et pourtant elle est plus qu’essentielle  pour assurer le meilleur développement  des nouveaux usages d’accès à la connaissance !

 

Pour en savoir plus sur l’IABD… : http://iabd.fr 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *