Travailler en ligne : 4 outils mais ….

Framapad, Titanpad Google Docs  Word online : à partir de cette présentation, comment choisir la solution la plus adaptée ?

framapad

A l’évidence, Framapad est d’un accès très facile. A partir du lien https://framapad.org/ il vous suffit de déclarer un nom d’utilisateur et un mot de passe pour commencer à travailler. Pas d’inscription préalable, pas de stockage : on peut à partir d’un copier/coller commencer sans attendre un travail sur un texte commun.

Précaution à prendre : attention, vous donnez accès de fait à toutes les personnes qui auront reçu le lien spécifique.

Très simple, visuel,  exportable dans de nombreux formats, Framapad est l’outil le plus abordable.

A la fin du travail, pensez à détruire le document :le plus simple est de supprimer tout le texte.

les + : simplicité, pas d’inscription préalable, pas de courriel à laisser, un dialogue en français.

Un conseil –>  renommez votre document dès sa création !

Test

https://lite5.framapad.org/p/Addnb_Test  contient une partie du  texte de cet article. Amusez-vous à le modifier, l’enrichir et l’exporter.

GoogleDocs

Pas de surprise chez le pionnier du travail en ligne : avec sa batterie d’outils connectés, Google Docs est redoutable d’efficacité et son action va bien au-delà de la simple écriture d’un texte en commun.

Si vous avez des comptes Gmail, les connexions seront grandement facilitées et vous verrez  s’afficher dans votre propre Drive les documents en travail. Bien évidemment, pour partager le document, vous piocherez dans votre carnet d’adresses, tout simplement.

Usine à gaz ? Selon vos besoins – et la périodicité de vos travaux partagés – vous apprécierez cet ensemble multiple s’il vous permet en effet de passer d’une fonction à l’autre sans s’encombrer d’un ordinateur

les + : liaison Drive, export en tous formats, récupération de fichiers PDF.

TitanPad

Deux possibilités pour faire connaître votre document en cours : envoyer le lien aux membres du groupe ou bien les inviter directement par courriel.

5 formats d’export : html, Notes(type bloc notes), Word, Open document et PDF.

Documentation en anglais.

microsoft One Drive

Les habitué-e-s de Google reconnaîtront les fonctionnalités de Docs. Avec un stockage de 15 Go gratuits et une inscription préalable, vous disposez d’un outil peut-être plus facile à installer dans un univers professionnel contraint.

Alors ?

> Framapad reste le plus simple et le plus facile à utiliser. Et il fait partie de l’univers du logiciel libre.

Pour commencer, voilà un outil très simple à  prendre en main.

> Si vous disposez déjà de comptes Gmail, Google Docs vous permettra de puissantes interactions.

> Titan Pad et Microsoft Onedrive semblent un peu moins faciles d’accès

> Ces quatre solutions sont disponibles sur tablettes Androïd.

> Une précaution : utilisez la navigation privée

De la veille de veilles …

partageons nos lumières

partageons nos lumières

Question du jour : est-il possible de faire de la veille en s’appuyant sur des « veilleurs » aguerris ?

Réponse : oui sans aucun doute et ceci constitue un bon début du travail à effectuer

Voici trois sources accessibles qui pourront vous aider à vous familiariser avec le travail de veille

Toutes les semaines …

 

logo de Arald

l’Arald est en Rhône-Alpes

 

 

 

 

 

*** L’Arald publie chaque vendredi un ensemble d’informations concernant l’édition numérique.

Sujets évoqués (sous forme d’un résumé, d’un point de vue et d’un lien) : actualités, évolutions techniques et économiques, métamorphoses, usages et pratiques, débats…

Abonnez-vous à la lettre.

logo_bibRomansValence

 

 

 

*** Les bibliothèques de Valence & Romans, avec Face B, produisent une newsletter hebdo : des références adaptées au travail des bibliothécaires

logo_Bouillon

le Bouillon

 

 

 

 

 

 

*** Le Bouillon est une veille puissante qui « pour objectif de contribuer à l’information et la formation de tous ceux qui s’intéressent au métiers de l’information documentation et souhaitent en suivre les évolutions et mieux comprendre les mutations engendrées par le numérique »

Un abonnement par courriel permet de regarder les résumés et de lire tranquillement les articles

 Côté AddnB

Plusieurs sources à votre disposition

– sur le compte Twitter un flux d’infos assez larges vous permet de suivre l’actualité et de pointer quelques pépites pour vos projets

– sur le compte Facebook, l’AddnB tient conversation pour vous informer des échanges sur les réseaux liés aux bibliothèques

– et sur « paperli » https://paper.li/f-1417982836, l’addnb propose une veille qui reprend les sources précitées de façon hebdomadaire. Il est même possible de s’inscrire à la newsletter.

En projet :

– un fil de veille avec Diigo, puissant agrégateur de liens.

 

Présentation par Thot :http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/technologie/23412/diigo-mode-emploi-pour-debutants/#.VMkT0dJwvSY

Tutoriel par l’Urfist de Rennes : http://fr.slideshare.net/UrfistRennes/grer-ses-signets-en-ligne-avec-diigo

 

Pluzz, Replay et outils de visualisation

Passerelle entre TV et Internet, la fonction « Revoir » pour parler français, prend une grande importance dans les pratiques télévisuelles. En proposant du streaming fluide, en s’appuyant sur des critères de « popularité », mais surtout en outillant intelligemment cette fonction, on commence à deviner que la Télé peut connaître une deuxième vie.

En fait, on est sur un usage de mash-up : croisement entre des contenus mis à disposition et des outils applicatifs assez simples à mettre en oeuvre.

Que se passe-t-il alors ?

L’offre +TV est déconnectée de la programmation et permet, dans un délai donné, de voir/revoir une émission, un film, un documentaire.

En déportant sur une TV le streaming, je libère la tablette ou le smartphone de cette tâche et le rends disponible pour d’autres fonctions

Mirroring , ChromeCast  : à tester.

Google-Chromecast2-610x436

Scénario 1 : je regarde sur ma tablette ou mon smartphone des programmes de chaînes TV à  partir d’applications dédiées ( par exemple France PLUZZ ou ARTE)

Scénario 2 : je transfère l’image sur un écran plus confortable, une télé par exemple, grâce à la fonction Mirroring  de ces deux outils.

Scénario 3 : j’utilise un « dongle » de type ChromeCast pour transférer tout le dispositif du streaming vers la télé.

A quoi ça peut servir ?

– On pense tout de suite à une offre en bibliothèque : possibilité de voir/revoir des émissions dans de très bonnes conditions, seul ou à plusieurs. Avec une indication hebdomadaire par exemple, des programmes disponibles : travail pertinent à faire, car les indications de disponibilités ne sont pas toujours très transparentes

– Autre possibilité : faire « jouer » la tablette en téléchargeant des contenus qui pourront être visualisés alors sur grand écran

– Enfin, dans une action de formation, possibilité de diffuser des contenus pour un groupe sans appareillage compliqué (ou coûteux)

En résumé

Replay et Mirroring/transfert par dongle  présentent quelques atouts pour bénéficier de sources TV ( et XWeb, comme YouTube). La tablette est l’outil le plus adapté pour émuler ce type de fonction.

Si Google a pris un peu d’avance, on peut compter sur d’autres solutions, sans doute plus ouvertes et pas plus chères.

La technique en est à ses débuts : testons !

Pour en savoir plus

— installer une ChromeCast : http://www.phonandroid.com/tutoriel-chromecast-comment-installer-configurer.html  ( et sur Ipad : http://www.ipadzapp.net/comment-utiliser-google-chromecast-ipad-iphone/ )

— les applications chromecast disponibles : http://www.android-mt.com/news/selec-applications-chromecast-31893

— alternatives à chromecast : http://www.tablette-tactile.net/accessoire/alternatives-chromecast-top-cle-hdmi-google-159970/ 

Côté AddnB : vous pouvez tester

Vous souhaitez tester ce type d’outil ?  Ecrivez-nous (addnbdoc [chez] gmail [poin] com ), on mettra à votre disposition pour quelques semaines une chromecast pendant quelques semaines.

 

 

 

Enjeux du numérique en bibliothèque : retours sur la mission Ecoter

La Mission Ecoter a organisé en avril 2014 une journée d’échanges autour du numérique en bibliothèque. Comment organiser la mutation des bibliothèques vers une offre plus numérique? Comment évoluer vers des « centres de vie locale », des « tiers lieux » ?

  • en mettant en avant la médiation
  • en valorisant les ressources
  • en favorisant l’accès raisonné et critique aux ressources
  • en ciblant toutes les populations

La mission principale des bibliothèques d’accessibilité pour tous à l’information et au savoir entraîne pour le numérique une mutation des équipements. Comment organiser cette mutation ? Quelle stratégie adopter ? Ces questions au coeur de la profession, étaient le sujet de ces tables rondes dont on peut trouver ici les déroulés sous forme de .PDF

http://www.ecoter.org/agenda?view=inscription&cid=83

 

 

 

Big Bang territorial : et les bibliothèques ?

carte_regions

une des cartes des nouvelles régions

Le séminaire Iabd… du 15 septembre 2014 avait pour objectif de clarifier et d’argumenter la position des associations professionnelles sur la question des compétences dans la nouvelle organisation territoriale. En jeu : les bibliothèques et les archives. Le document de départ – préparé par un groupe de travail – pistait trois éléments clés de l’affaire : – maintien des acquis dans les réseaux de lecture publique (notamment départementaux) – recherche d’une organisation simple et performante quand il y aura glissement de compétences – stratégie de renforcement des réseaux dans tous les cas. Autant dire que le débat n’est pas simple en raison des situations très diverses observées à la ville et à la campagne.

1. Que faire acter par la Loi ? Une des conditions de réussite est de faire entrer dans la loi des dispositions qui garantissent à chaque collectivité un service de lecture publique. Mais sans contrainte ! Un toilettage des appellations et des niveaux de bibliothèques est nécessaire. L’IabD… déposera des amendements en ce sens. Pour les archives, la situation est un peu plus complexe, car la loi dit déjà les obligations attachées à la commune, au conseil général et au conseil général.

2. Que dire sur le service de lecture publique ?

on entend par « lecture publique » l’ensemble des éléments de diffusion et de mise à disposition des documents dans une bibliothèque : livres, revues, supports musique et vidéo, ressources numériques, rencontres, expos, débats, etc.

Il a semblé essentiel tout d’abord d’insister sur la préservation des réseaux professionnels, quel que soit ensuite le choix des lieux de compétences. Dans le viseur: les BDP (médiathèques départementales) qui pourraient être chahutées par les nouveaux périmètres de compétences. Mais les métroples et les agglos seront aussi concernées : quels regroupements imaginer ? Compétences ? Sites ? Moyens techniques ?  Quant aux communautés de communes, le projet de les porter à 20 000 habitants ne donne pas beaucoup de visibilité : la compétence culturelle ne sera sans doute, pas dans un premier temps, une des priorités retenues.

Il y a donc encore matière à  réflexion. La question d’une structure régionale d’appui à la lecture publique a été évoquée et discutée, mais non tranchée entre les associations présentes.

 

3. Que va-t’il se passer ?

L’Iabd… continue de suivre attentivement les présentations des projets de loi au Sénat et à l’Assemblée nationale.  Les amendements seront envoyés aux parlementaires. Chaque association a la possibilité de compléter sa réflexion.

Pour l’AddnB (représentée par Michel Fauchié), pas de point de vue dissonant : mais insistance sur la cohérence nécessaire autour des ressources numériques qui doivent accessibles sur tout le territoire concerné. La culture numérique est -encore – trop peu développée dans cette problématique des territoires ; et pourtant elle est plus qu’essentielle  pour assurer le meilleur développement  des nouveaux usages d’accès à la connaissance !

 

Pour en savoir plus sur l’IABD… : http://iabd.fr 

Vous voulez lire numérique ? Contactez-nous

cahier_textes

Depuis 2010, L’AddnB propose un accompagnement aux bibliothèques qui souhaitent tester la lecture numérique avec leurs usagers (ou entre soi).

Vous êtes adhérent(e) ? Rien de plus simple alors :  contactez-nous et dites-nous vos besoins.

L’association peut mettre à votre disposition pour une durée de 6 à 8 semaines – et gratuitement – 5 liseuses Pocketbook Lux1 (tactiles, synthèse vocale, Wifi) afin de vous familiariser avec la lecture numérique. Le cas échéant, trois tablettes ( deux Acer Iconia 10′ et une Galaxy Tab1 8’9) seront jointes à l’envoi.

On ajoute :

– des tutoriels pour expliquer ce qu’est la lecture numérique, le livre numérique,

– des modes d’emploi pour télécharger des livres libres de droit ou sous licences ouvertes ;

– des conseils en ligne ou sur place lors de la mise en place du projet ;

– des grilles d’évaluation.

Le planning de mise à disposition est actualisé tous les trois mois : faites votre demande !

 

 

Rencontre Ile de France ADDNB/associations professionnelles

vendredi 2 mai 2014, par Anne Balavoine
L’ADDNB rencontre les associations professionnelles d’Ile de France le 06 mai 2014 pour échanger sur des actions numériques et des missions possibles de l’ADDNB
Bib92, Intermédia78, Cible95, Valmedia94, Bib77, Médiabib91, Bibliothèques93 et la BDY78 débattront de leurs intérêts communs autour du numérique

Le numérique est partout présent maintenant dans les bibliothèques à des degrés divers…

Chaque association assure des missions de coopération entre les bibliothèques adhérentes et développe des actions d’information par des journées d’étude, ateliers de formation , outils de veille sur la profession et notamment sur le numérique.

Les thèmes récurrents : l’offre de contenus numériques, les applications et le matériel de lecture numérique, tablettes, liseuses, la médiation numérique, l’autoformation., jeux en bibliothèque, réseaux sociaux…

Ces thématiques sont également abordées par l’ADDNB depuis des années.

Les bibliothèques départementales mènent également des missions autour du numérique : prêt, de tablettes et ou liseuses, formation du personnel, pour certaines offres de services en ligne pour les bibliothèques du département.

Cette rencontre permettra d’échanger sur les besoins et problématiques des associations et de dessiner des scénarios de coopération.

site de l’association Bib92 http://www.bib92.org/

site d’e l’association Intermédia78 http://www.intermedia78.fr/

site de l’association des Bibliothèques du 93http://www.bibliotheques93.fr/

site de l’association Cible95 http://www.cible95.net/

site de l’association médiabib91 http://mediabib91.wordpress.com/

site de l’association Valmedia94 http://www.valmedia94.fr/

Site de l’association Bib77 http://mediatheque.seine-et-marne.fr/bib-77

Site de la BDP78 http://www.yvelines.fr/loisirs/culture/bibliotheque-departementale-des-yvelines/

Pétition « Pour le droit de lire numérique »

mardi 29 avril 2014, par Anne Balavoine
A l’initiative d’EBLIDA la pétition disponible sur le site de change.org.  » « Donnons aux utilisateurs le droit de lire numérique en légalisant le p rêt de livres numériques par les bibliothèques. »
Eblida sensibilise les institutions européennes au rôle joué par les bibliothécaires, les archivistes et les documentalistes de 37 pays européens pour l’accès à l’information.

Aujourd’hui, Eblida mène ainsi une campagne sur l’accès au livre numérique, milite, dans le cadre d’une réforme européenne, en faveur d’exceptions au droit d’auteur, soutient un projet de directive européenne offrant des perspectives pour la numérisation des œuvres en bibliothèques et se rapproche des assistants de plusieurs partis du Parlement européen pour maintenir une veille active sur les projets impactant bibliothèques, archives et centres d’information.

« …Ainsi, 65000 bibliothèques et leurs 100 millions d’utilisateurs en appellent à l’Union européenne pour mettre en place une loi claire sur le droit d’auteur qui permette aux bibliothèques d’accomplir leur mission : fournir un accès au savoir aux citoyens de l’Union au 21ème siècle à la fois en bibliothèque mais aussi hors les murs ou en ligne. .. »

L’ADDNB vous invite à la signer lien vers la pétition

Lien vers EBLIDA

45 réseaux sociaux

Etude comparative (bibliothèques de la Ville de Paris)

jeudi 27 mars 2014, par Greze Maxime

45 réseaux sociaux analysés et passés au crible de 4 familles de critères formels : c’est l’impressionnant travail d’une mission de configuration du projet de la bibliothèque municipale Canopée (Ville de Paris).

Benchmark, les réseaux sociaux en bibliothèque : étude comparative – Etude coordonnée par la préfiguration de la bibliothèque Canopée – Ville de Paris (juin 2013) : offrir à un instant T des repères aux bibliothèques pour assurer une présence sur les réseaux sociaux.

Disponible en pdf (54 pages) et également consultable en ligne.
Ce dossier complet et actualisé permet aux bibliothèques d’optimiser leur présence sur les réseaux sociaux en ligne et donc « de toucher un public étendu, d’assurer une médiation vers ses ressources et celles de ses partenaires, de développer la participation des usagers, et de montrer la connexion entre l’établissement et son quartier ».
45 réseaux sociaux analysés :

 Les « Facebook » :

Facebook ; Google + ; Friendster ; Tagged ; Bebo ; Netlog ; Skyrock blogs ; Hi5 ; Peupla.
Classement final : 1) Google+ ; 2) Facebook…

 Les « Twitter » :

Twitter ; Identi.ca ; Path ; Reddit ; Pheed.
Classement final : 1) Pheed ; 2) Twitter…

 Partage d’image, photo et vidéo :

Instagram ; Flickr ; Youtube ; Dailymotion ; Vimeo ; Vine.
Classement final : 1) Vimeo ; 2) Vine ; 3) DailyMotion ; 3bis) Instagram…

 « Epinglage » :

Pinterest ; Tumblr ; Who Art You ; Pearltrees.
Classement final : 1) Scoop.it ; 2) Tumblr ; 3) Pinterest…

 Musique :

MySpace ; Spotify ; Deezer ; Grooveshark ; Soundcloud ; Mupiz ; Music me.
Classement final : 1) Soundcloud ; 2) Grooveshark ; 3) Spotify…

 Littérature :

Babelio ; Sens critique ; We love words ; Riffle.
Classement final : 1) Sens critique ; 2) Babelio ; 3) We love words…

 Les agrégateurs :

Diigo ; Delicio.us ; Netvibes ; Hellocoton ; Symbaloo ; Scoop.it.
Classement final : 1) Symbaloo ; 2) Netvibes ; 2bis) Delicious ; 3) Diigo…

 Les inclassables :

Slideshare ; Glowbl ; Foursquare ; Paris.onvasortir.com.
Classement final : 1) Slideshare ; 2) Foursquare ; 3) Glowbl…

4 types de critères pour analyser les médias sociaux
Les publics utilisateurs du réseau social : quels utilisateurs et quels usages ?
La bibliothèque : quels usages ? Quelles possibilités offre une page institutionnelle ?
L’interaction entre les publics et la bibliothèque : quelles conditions d’utilisation du réseau social ? Quelle est l’image publique du réseau ?
Pour terminer : quels sont les éléments marquants du réseau que nous identifions ?